Expertise

L'expertise que le Centre a développée en matière de prévention du suicide depuis son ouverture en 1986, est reconnue à travers l'ensemble de sa région et même au-delà. Au fil des ans, le Centre s'est vu remettre divers prix d'excellence: Persillier-Lachapelle en 1991 (la plus haute distinction attribuée à un organisme communautaire au Québec); Plourde-Gaudreault en santé et services sociaux dans le cadre du Mérite scientifique régional de 1995 et de 2005; ainsi que Hommage-bénévolat-Québec en 1998. Il a également été mis en nomination dans le cadre des Prix d'excellence du ministère de la Santé et des Services sociaux 2004. Le Centre a été invité à faire part de ses travaux lors de colloques de l'Association québécoise de suicidologie, l'Association des coroners du Québec, l'Association des cadres scolaires du Québec, l'Association des intervenants sociaux à l'école et l'ACFAS. Il a également réalisé des communications au Premier congrès canadien sur la prévention du suicide à Vancouver en 1990; aux congrès de l'American Association of Suicidology à Boston en 1991, à Chicago en 1992 et à Saint-Louis en 1996; lors des Congrès de l'Association internationale pour la prévention du suicide en 1993 à Montréal et à Venise en 1995; au congrès 1996 de l'Association canadienne de prévention du suicide à Toronto; aux Journées internationales de prévention du suicide à Paris en 2002; au Deuxième congrès international de la francophonie en prévention du suicide à Liège en 2002; au Congrès international sur les pratiques novatrices pour la prévention du suicide du CRISE à Montréal en 2004; et enfin, au colloque sur les jeux de hasard et d'argent de l'Agence de la santé et des services sociaux de Laval en 2007.

Il a participé à une Mission en France dans le cadre de la 58ième Commission permanente de la coopération Franco-québécoise en 2002. Au nom de l'Association québécoise de suicidologie, le Centre a été chargé de rédiger et de présenter, devant le Comité permanent de la justice et le Comité sénatorial, un mémoire lors des audiences relatives au projet de loi sur les armes à feu. En 2003, le sollicitateur général du Canada a nommé le directeur général du Centre à titre de membre du nouveau Comité consultatif du Programme canadien des armes à feu. Ce dernier a également été invité à présider le comité responsable de l'élaboration de la première «Stratégie québécoise d'action face au suicide» du MSSS en 1998.

Le Centre a siégé sur le comité de travail du MSSS en matière de prévention et d’aide aux hommes menant, en 2004, au dépôt du rapport «Les hommes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins». Dans la même année, il est co-auteur du programme provincial «Programme de postvention en milieu scolaire : Stratégies d’intervention à la suite d’un suicide».

Des initiatives novatrices du Centre telles: son programme de postvention destiné au milieu scolaire; son entente de collaboration avec les coroners; son système de référence avec les urgences des centres hospitaliers; sa stratégie d'action auprès des hommes (identifiée comme exemple de projet prometteur dans les «Priorités nationales de santé publique 1997-2002 du MSSS»; ses plans régionaux d'actions préventives en regard des armes à feu, des médicaments et du jeu pathologique; son programme de soutien clinique et de formation continue; son DVD interactif en promotion-prévention auprès des jeunes, ainsi que sa brochure à l’attention des personnes endeuillées à la suite d’un suicide et de leurs proches, ont connu un succès et un large rayonnement ici et ailleurs. Les réalisations se poursuivent.

 
Connexion | Tous droits réservés - CPS 02 - 2008